Sélectionner une page

Ce mercredi 27 novembre, le collectif Grenoble Nouvel Air a rencontré la délégation nationale de la « Maison des Potes » qui réalise actuellement un tour de France afin de mettre en avant ses propositions pour, comme l’indique son slogan : « faire de l’égalité une réalité ». Cette rencontre s’est déroulée au bar associatif « Le Barathym », situé galerie de l’Arlequin, à la Villeneuve. Hocine Boudissa, Maxime Gonzalez et Mallory Tetu représentaient le collectif Grenoble Nouvel Air lors de ces riches échanges avec des jeunes militants de l’égalité venus de plusieurs villes françaises ainsi qu’avec Samuel Thomas, Délégué général de la « Maison des Potes ».

« Nous avons entendu la voix d’une jeunesse très souvent délaissée par les politiques publiques et les responsables politiques ces dernières années, mais fortement engagée et totalement mobilisée pour son avenir.

Les propositions de la « Maison des Potes » ont rencontré un fort écho auprès de notre collectif tant elles se situent pleinement dans le sens de ce que nous souhaitons porter pour Grenoble. Nous pensons notamment à certaines de ces propositions qui ont fait fortement écho tant à l’actualité qu’à nos échanges des dernières semaines avec les Grenoblois.e.s :

  • soutenir les dispositifs afin de faire reculer les discriminations dans le monde du travail, y compris par du testing,
  • mettre en place un dispositif « SOS stages » afin de faciliter l’accès au monde du travail aux jeunes en Bac pro et CAP,
  • ouvrir un foyer pour loger les femmes victimes de violences ainsi que leurs enfants,
  • créer un centre d’accueil et d’accompagnement pour les réfugiés.

Plus globalement, nous partageons avec force leurs préoccupations, nous nous retrouvons dans leurs propositions et nous nous engageons à étudier les conditions de leur mise en œuvre sur notre territoire.

Nous adressons tous nos vœux de réussite à la « Maison des Potes » dans son tour de France afin de convaincre les candidats aux élections de l’urgence à faire de l’égalité une la réalité dans nos villes et notre pays. »